merci, Pierre Molinier

Cette page d’informations est particulièrement superficielle. Il semble évident qu’aucun effort sérieux n’est fourni pour mettre à jour les entrées de stock, même pas un minimum, quoi ! C’est pourtant pas faute d’avoir ramassé du Alice Coltrane, du Z’ev, du Balladur ou du Napalm Jazz, mince, y’a même Attila Krang qui viennent de sortir un vinyle, promis je m’y colle bientôt. Comme l’a rappelé Lao-Tseu, « il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre » Au fond, mis à part les exceptionnels retours récents de Béru et de Ludwig (bravo AZM) que vous trouverez aussi bien chez 72 Records que chez Aredje, tout n’est que dérision, affliction et vanité. Quant à nous, il faudra qu’on continue à se tomber dessus par hasard au gré des soirées, désolé.Suivez principalement la Distromobile, plus « à jour » que les autres pages, tant qu’à être mobiles encore un temps. Car oui, on tiendra une permanence au Sterput, du jeudi au samedi de 14 à 20. Une affaire à suivre… Le Sterput, c’est une galerie associative ouverte. L’idée de départ est géniale (bé ouais), la réalité est plus crapuleuse mais jusqu’au 20 octobre, on s’en tape la couille sur de la brique rouge. On tient à ouvrir cet espace, merde on le fera, le 20 ! A notre grand désespoir, on ne parvient plus à croire aux contes (comptes ?) de fées. On serrera les dents aussi longtemps que possible. Tant que ça dure, on sourit. Et vous aussi, non ? Venez, passez, pour tout et surtout pour rien, on écoutera Luc Ferrari ensemble, allez c’est fête…anto-douai

ah merde, aussi le Ed Sanders ressorti chez Okraïna, terrible, putain de sa race de fils de chien maudit sur les sept steppes de la Sainte Russie que j’aurais dû vous en toucher un mot, s’il ne restait qu’un enregistrement au monde, euh, saperlipopette, peut-être que je pousse le bouchon un peu loin, mais je serais foutu de le ranger dans les travaux sonores qui m’ont touché, pour faire vite entre le White Album et Sandinista, c’est une vision grossière, je sais, mais venez en parler au Sterput aux permanences, allez.